lundi 07 mai

rendez-vous à La Ferté!

 

Chacun sait que les embranchements de routes sont propices à la vente et aux annonces de vente. Chacun sait que l’on peut acheter à certaines saisons du muguet ou des asperges sur les bords des chemins. Mais, si aujourd’hui il y a des mutiplicités de routes, pensons à l’époque pas si lointaine où il n’y avait qu’une route ou qu’un croisement de route. 

Alors, tout le monde  se ruait à certaines dates, à certains  endroits pour vendre les fruits d’un travaildifficile ou acheter les denrées obligatoires qui permettaient de l’effectuer.

Et, c’est ainsi que depuis 1000 ans, toute la région se retrouvait à la Ferté Beauharnais, à la Foire de la Saint Barnabé. 

1000 ans ?  que dis-je... peut-être 2000, puisque sous les gaulois, puisque sous les romains, la Ferté, Neung, Chateauvieux s’inscrivaient déjà dans un savant entrelacs de routes antiques qui menaient à un théatre de 3000 places à Neung ou aux “villas“ de Millançay

Chaque village à l’époque voulait avoir sa foire qui représentait des jours d’ouverture et de liesse entre le pays et l’extérieur.

C’est le grand moment de rencontre entre les marchands mais aussi entre les gens de la région.

A la Ferté, il y avait au moins quatre grandes foires :

La Saint Barnabé : le 11 juin, sur le grand champ de foire, ou l’on vendait surtout des objets confectionnés en hiver

 La Foire aux faucilles, à la Pentecote : peut-être préparait t-elle la moisson.

La Saint Barthélemy, le 24 aout  sur le grand champ de foire ou l’on vendait les produits de l’été; blé, seigle, fruits.

La Saint Thomas, le 21 décembre sur”le champ de foire Saint Thomas“, derrière l’actuelle bibliothèque. Cette foire  pourrait, peut-être, être comparée à nos actuels marchés de Noël. On y vendait, entre autres des oies et des dindes

Ajoutons, la Saint Denis de Neung, le 9 octobre, ou l’on vendait la toile de chanvre “depuis le premier coup des vêpres jusqu’au soir”. Et, elle est étonnante  cette foire qui se déroulait de 18 heures “jusqu’à pas d’heure“  à la lumière des torches et des bougies.

 

L’on trouvait TOUT à la Foire de la Saint Barnabé :  toutes les toiles de couleurs dont le drap rouge “escarlate” pour faire les jupons des jeunes mariées, le fil de chanvre et les toiles de chanvres tissées par les texiers en toile, les toiles de laines ou de coton foulées par le moulins foulerets. Noublions pas les peaux tannées dans le Beuvron , les pots de “terre” ou de “terre à feu”  qui contenaient toutes formes de vin de “vigne blanche ou noire”. 

Evidemment il y avit les pelletiers qui vendaient la fourrure “à chaperons” pour faire des bonnets bien chauds pour les dames ou des aumusses pour les chanoines.

Bien sur, les vanniers étaient là. Ils vendaient les “paniers à tout faire” très recherchés. en osier du Beuvron ou en écorce de châtaigniers.

Et les sabotiers de Vernou, experts reconnus<...

A la foire de la Saint-Barnabé, on vendait aussi toute sorte d’animaux, des ânes aux agneaux en passant par les oies qui fournissaient leur duvet pour les couettes et leur plumes pour écrire ou “empenner” les flèches.

On vendait les couvées de poussins de dindes ou d’oies a engraisser jusqu’à Noël

Pendant mille ans, cette foire a fait le bonheur des châtelains de la Ferté et de Chateauvieux qui touchaient sur les droits de la foires, des chanoines de la Collégiale de la Ferté, du Prieuré Notre Dame du Petit-Bourg qui eux aussi, en étaient gratifiés.

Cette foire a fait aussi le bonheur des nombreux hôteliers de La Ferté car on y venait de toute la région, ce qui exigeait parfois plusieurs jours de voyage et plusieurs jours de repos dans les auberges .

Cette foire a fait le bonheur des artisans du village : bourreliers, charrons, forgerons qui trouvaient l’occasion d’exercer leur art et d’apprendre de nouveaux savoir faire.

N’oublions pas les habitants pour qui la foire était l’occasion de faire leur meilleur gain de l’année, de trouver une épouse, de caser une fille ou simplement d’y rencontrer des amis.

Comme l’ambiance était toujours festive, on en profitait pour conclure des accords commerciaux mais aussi des épousailles. Les filles à marier mettaient leur plus belle coiffe et les hommes leur meilleure “biaude”, ou peut être même leur habit de “Fort en diable” aux rubans colorés, réservé à la fête.

C’était la foire, il fallait en profiter !

 

Madeleine Chenon

Présidente d“Autour des Beauharnais“

Posté par comite-foire à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Saint Barnabé - La foire aux petits élevages

.

 

 

 

IMG_0014

 

IMG_0022

Foire aux petits élevages, oui...mais voici une grosse bête, Super, le champion!

 

Bienvenue à tous, éleveurs, maraichers, forains et visiteurs,

bienvenue à la Foire traditionnelle de la Saint Barnabé,

qui se tient depuis près de mille ans, chaque année le 11 juin

à la Ferté-Beauharnais!

 

 

Logo_principal CAavec le soutien de nos sponsors principauxle petit solognot jpeg

 

Posté par comite-foire à 11:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :